Tué pour un plat de nouilles !

Edito
23/09/2015

Le Billet d'humeur d'Yves Thuriès - décembre 2013, Thuriès Gastronomie Magazine n°255

 

Le chef Miki Nozawa, 57 ans, spécialiste en Allemagne d’une cuisine « italojaponaise », s’est fait assassiner pour un plat de nouilles trop cuites. Cette affaire prêterait à sourire, si le résultat n’en était pas aussi dramatique.
Le chef exerçait son art dans son restaurant sur l’île de Sylt, à la frontière avec le Danemark. Son établissement y recevait régulièrement les stars de passage ou venues pour y déguster sa cuisine réputée.
Deux hommes de 36 et 50 ans se sont rendus dans son restaurant, pour y déguster sa cuisine, mais voici que se prétendant déçus de la cuisson des pâtes, ces clients repartent sans payer leur addition.
L’histoire aurait pu en finir là, mais voici que le soir même, le cuisinier retrouve ces deux hommes dans un bar de la ville.
Le cuisinier de son plein droit insiste pour récupérer l’argent qui lui est dû ; la bagarre éclate, et roué de coups par les deux hommes, le cuisinier tuméfié perd connaissance.
Transporté d’urgence à l’hôpital, le chef succombera à une hémorragie interne quelques heures plus tard.
Les suspects ont été arrêtés et selon le parquet de la ville, tous deux étaient sous l’influence de l’alcool au moment des faits.
Les deux hommes risquent aujourd’hui 15 ans de prison.
Même si l’on veut voir dans cette affaire un cas extrême ; que faire quand un client se montre mécontent d’un plat qu’il a pris au restaurant ?
Certes, le client est roi et mieux vaut le satisfaire que prendre des risques, mais sachons aussi que certains s’en font une spécialité.
Manger, et sous un faux prétexte contester l’addition, est une méthode qui ne date pas d’aujourd’hui ; il y a des profiteurs capables de tout, pour se voir soustraire quelques euros de l’addition.
Sachons toutefois qu’un plat commandé doit être payé et ceci, qu’on l’ait aimé ou pas aimé ; la matière est là et le travail aussi, c’est la règle du commerce.
Un client qui va au restaurant prend le risque de ne pas aimer le plat qui lui sera servi, mais il doit savoir que de toute façon, il devra d’abord payer l’addition
et éventuellement protester ensuite !

 

Mais hélas, refuser l’addition est souvent plus économique. Et pour gagner quelques euros, certains clients n’hésitent pas à faire preuve de mauvaise foi !

S'abonner à un magazine de référence

Thuriès Gastronomie Magazine
Abonnez-vous !

Recevez chez vous vos 10 magazines par an et bénéficiez d'un accès exclusif à votre espace abonnés incluant :

-Plus de 3000 recettes et 12000 procédés de plus de 400 chefs (avec moteur de recherche multi-critère)

-Vos magazines en version numérique (PDF & Visionneuse) pour nous suivre sur tablettes et smartphones

-La galerie photo de nos reportages

 

Je m'Abonne !

 

Newsletter,

restez informé de nos actualités, de nos offres, de notre agenda...